Logo Paroisse Pentecôte Blanc-Nez

Paroisse Calais Pentecôte-Blanc-Nez

Edito du 24/06 : La vie de famille est un beau sacrifice
Le pape François félicitant une famille, lors de la messe du mercredi des cendres, en février 2016 à Rome. © Alessia GIULIANI/CPP/CIRIC

Edito du 24/06 : La vie de famille est un beau sacrifice

La vie de famille est un sacrifice, mais c’est un beau sacrifice. L’amour, c’est comme faire les pâtes : tous les jours. L’amour dans le mariage : c’est un défi, pour l’homme et pour la femme. Quel est le plus grand défi pour l’homme ? Faire que son épouse devienne davantage femme. Qu’elle grandisse en tant que femme. Et quel est le défi pour la femme ? Faire que son mari devienne davantage homme. C’est ainsi que tous deux vont de l’avant. Ils vont de l’avant.

Une autre chose qui aide beaucoup dans la vie matrimoniale, c’est la patience : savoir attendre. Attendre. Dans la vie il y a des situations de crise – des crises fortes, des crises graves – d’où peut-être arrivent même des moments d’infidélité. Quand on n’arrive plus à résoudre les problèmes du moment, il faut cette patience de l’amour qui attend, qui attend. Combien de femmes – parce que c’est plus la femme que l’homme, mais même l’homme parfois le fait – combien de femmes ont attendu dans le silence regardant ailleurs, attendant que le mari revienne à la fidélité. C’est cela la sainteté. La sainteté qui pardonne tout, parce qu’elle aime. Patience. Beaucoup de patience, l’un pour l’autre. Si l’un est nerveux et crie, ne pas répondre par un autre cri... Rester silencieux, laisser passer la tempête, et puis en parler au moment
opportun.

Il y a trois mots qui sont magiques, mais des mots importants dans le mariage. En premier, « puis-je » : ne pas être indiscret avec l’autre. « Puis-je ? ». Ce respect de l’un pour l’autre. Deuxième mot : « excuse-moi ». S’excuser est quelque chose de si important, si important ! Dans la vie, nous nous trompons tous, tous. « Excuse-moi, j’ai fait cela ... », « Excuse-moi, je me suis trompé... ». Cela aide à avancer. La capacité de s’excuser, cela aide à faire avancer la famille. C’est vrai, s’excuser implique toujours un peu de honte, mais c’est une sainte honte ! « Excuse-moi, j’ai oublié... » C’est quelque chose qui aide beaucoup à avancer. Le troisième mot : « Merci ». Avoir la grandeur de cœur de toujours remercier. [...]

Pape François,
Rome, 18 juin 2018.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.